Benalla, laisse faire ceux qui savent

Quand on y repense un peu retrospectivement, à tête reposée, cette affaire Benalla quand même c’est pas cool. Alors vous me connaissez, je ne suis pas un putain de bobo gauchiasse bien-pensant de mes deux, du genre à vouloir débiner Macron parce que quoi ? Il est jeune, il est intelligent et il fait bouger la France ? Genre hippie de merde à chialer « ouin ouin l’Aquarius ouin ouin responsabilité de la France gna gna droits de l’homme mes couilles bla bla », ou enculé d’assisté genre intermittent du spectacle qui se fait payer son statut en faisant dix cachets de théâtre bobo-politique au théâtre d’Avignon subventionné par qui d’ailleurs ? Par l’état que vous conchiez, sales cochons de frustrés. Par conséquent, je ne ferai pas de petite politique politicienne à la mord-moi-le-noeud, en faisant des procès d’intention à la stalinienne du genre « l’affaire Benalla est un scandale d’état, gna gna, il faut remonter au plus haut niveau, Macron savait-il et si oui il mérite la destitution, gna gna, la démocratie en péril, mes genoux sur la commode », bref, je n’utiliserai pas l’affaire Benalla pour passer ma petite rage de France Insoumise de merde qui est juste vénère d’avoir perdu les élections. Nan, moi ce qui m’intéresse, vous le savez, c’est l’analyse brute, impartiale, rigoureuse, limite austère, des faits.
Bon et là faut dire que c’est n’importe quoi. Alors déjà évacuons la question de savoir si taper des manifestants c’est mal. Dans la mesure où c’est des pédés d’agitateurs trostskistes maoïstes bobos bien pensants lecteurs de Libération de merde provocateurs tueurs de flics, on va pas non plus les plaindre hein. Moi ces gens-là je les aime pas trop, à vrai dire. Nan, en vrai, le problème véritable il est où ? Il est qu’on ne doit pas taper des gens quand on n’est pas flic, et pourquoi ? Tout simplement parce que, justement, les flics ils sont là pour ça, bordel de merde. À quoi ça sert les flics, bande de cons ? Réflechissez-bien ? À indiquer leur route à ces cons de touristes qui confondent le boulevard Saint Germain avec le boulevard Saint Michel et n’arrivent pas à trouver la Sorbonne ? Non. À aider les petites vieilles à traverser la route ? Négatif. À te faire un massage des pieds quand tu es fatigué d’avoir fait trois heures d’exposition de bobo de merde au Grand Palais ? Négatif pareil. On n’est pas au pays des bisounours les gars. Les flics, c’est là pour maintenir l’ordre bordel de merde, et ça passe par calmer les petits bobos (les gens, pas les plaies). À infliger des bobos aux bobos, si je puis dire. lol.
Et là je suis désolé mais avec Benalla bah on s’y retrouve plus. Nan c’est vrai, il y a un code visuel normalement, qui est établi depuis des générations, depuis des centaines, voire des milliers d’année – j’aurais même envie de dire, bien que, dès ma première brillante année universitaire, l’on m’ait bien spécifié qu’on ne peut pas utiliser cette expression sous peine de passer pour un sale baltringue, « de tous temps ». Ce code c’est quoi ? Bah c’est simple : quand tu te balades et que tu croises quelqu’un qui a une grosse tête d’abruti fini à la pisse de chamelle, le visage bovin suintant de bêtise et de haine, affublé d’un uniforme ridicule, le plus souvent accompagné d’une arme plus ou moins létale, qui peut aller du gourdin plus ou moins grossièrement taillé si l’on est au néolitihique, jusqu’au Sig-Sauer SP 2022 si l’on est en 2018, voire le Famas si l’ont est d’humeur jouasse, bon bah c’est que tu as affaire à un flic. Et là, c’est simple, tu sais que tu te trouves dans une zone de non-droit et qu’il peut t’arriver n’importe quoi à n’importe quel moment ; si en plus tu es noir ou arabe (en 2018) ou juif (en 1940), exemples non exhaustifs bien sûr, bon bah tu sais que tu as en plus un malus et que tu as intérêt à resserrer les sphincters parce que tu anticipes sur le fait qu’a priori, on va te trouver quelque chose à te reprocher, en général bien profond dans ton cul.
L’avantage de tout ça, c’est que c’est simple. C’est une réflexe pavlovien, quasiment atavique, qui vient du fond des âges, qui réveille en nous le souvenir de nos frère prolétaires assassinés par la milice d’état au service de l’arbitraire du pouvoir ; on se retrouve en terrain connu et, au moins, au moment où l’on prend une matraque dans le cul ou, si l’on a la chance d’être blanc, une salve de lacrimo, bon bah on avait le temps de s’être préparé donc déjà ça passe mieux, si je puis dire.
Mais là maintenant avec Benalla c’est n’importe quoi. Si n’importe quel fils de pute peut enfiler à tout moment un brassard de fils de pute pour faire le fils de pute comme un vrai fils de pute payé officiellement pour être un fils de pute, avec une vraie carrière de fils de pute et une retraite de fils de pute, on va où ? On court droit à l’anarchie les amis, c’est Herbert qui vous le dit. Écoutez-le, parce qu’il ne se trompe jamais, ce con de Herbert. Il est surpuissant. Nan mais putain on paye déjà avec nos impôts des gens pour nous frapper, et toi tu viens comme ça et tu leur fais de la concurrence déloyale. C’est pas bien monsieur Benalla, c’est vraiment pas bien. Et puis faut dire aussi qu’on ne peut pas faire ça en amateur ; par exemple, dans l’affaire Théo, bon bah c’est pas facile de foutre le matraque dans le cul d’un type, de lui défoncer tout l’intérieur en l’obligeant à porter une poche à caca pour à peu près toute sa vie, et s’en tirer ensuite parce que l’enquête a estimé que le coup porté n’était pas, je cite, « contraire aux règles de l’art ». Eh ouais, n’en déplaise aux grincheux, le coup de matraque, ou le lancer de lacrymo, c’est un art. Alors, par pitié, laissons faire les vrais professionnels. Nan mais c’est vrai, quand tu veux repeindre ton église, bon bah tu fais appel à Léonard de Vinci, pas à tatie Jacqueline qui fait des aquarelles sur le port de Douarnenez, ça n’a pas de sens, tu t’exposes à de très fortes déconvenues. Bon bah là c’est pareil, on laisse faire ceux qui savent vraiment. Parce que bon, des policiers qui tapent des gens pour des motifs plus ou moins légitimes, y en a tous les jours quasiment et tu sais quoi ? Bah eux comme c’est artistes bah ils finissent pas en garde à vue et ils ne servent pas de prétexte à des enfoirés de gauchistes pour faire chier Manu qui, rappelons-le, fais un excellent boulot. Et surtout, moi j’ai pas envie de me sentir en insécurité dans la rue et d’avoir peur de me faire choper à tout moment par des faux flics foireux qui n’ont pas l’âme d’artistes, honnêtement je trouve ça excessivement agaçant.
Voilà.
Pour conclure, je dirais que monsieur Benalla mérite de se faire sévèrement enguirlander, voire de recevoir un blâme pour sa conduite qui n’est pas digne de l’idée que Manu se fait de l’exemplarité.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *