C’est la pute finale

Vous savez ça c’est quoi bande de con-ne-s ?
« Les feux en Australie ? » Non, tas de débiles, ça ce sont nos acquis sociaux qui, consumés, s’envolent dans le ciel en mode Anne Frank, sacrifiés sur l’autel des thuriféraires du capitalisme financier assassin. Macron il aurait bien proposé qu’on se les foute dans le cul, nos droits, mais il s’est rappelé qu’un truc dans le cul, aussi improbable que ce soit, ça peut toujours se récupérer.

Du coup il a préféré les faire partir en fumée, avec l’aide de ses sinistres affidés. Ho putain je les hais. En tout cas aujourd’hui c’est grève et manifestation alors on y va, on s’accroche, en mode bataille du gouffre de Helm (pour me retrouver dans le feu de la bataille c’est facile les gens disent que j’ai une ressemblance frappante avec Legolas, enfin c’est ce que me déclarent souvent les femmes au moment fatidique, dans un spasme brutal, exigeant que je « plante ma flèche au plus profond de leur corps, après avoir touché [leur] âme », et je peux dire que j’ai jamais déçu personne, parole de Herbert).

Après faudrait engager un vrai débat de fond sur le travail en général, sur ce qu’on fait de notre argent (je pense que globalement on consomme trop de ressources et qu’on doit aller vers une sobriété plutôt radicale, nécessaire, une sobriété choisie heureuse et libératrice, et que le mot d’ordre, plutôt que « sauver nos retraites » et « hausse du point d’indice » ou autres fadaises ça devrait être « Ni salarié, ni patron… Désertion ») mais c’est encore autre chose. En attendant on va pas se laisser victimiser comme ça, nan les gars, non les filles.

Et je rappelle que pour soutenir les camarades en lutte y a des caisses de grève, en ce qui me concerne je n’ai donné que 15 euros parce que je suis au chômage donc ça va bien, mais vous qui travaillez et qui vivez dans des duplex limite luxueux à Paris ou en proche banlieue, ça va pas vous arracher la gueule de filer 40 euros, si ? Enfin bon vous faites comme vous voulez, on n’est pas là pour juger on doit rester unis bande de c…amarades. Et rappelez-vous : le pouvoir, c’est nous qui l’avons, avec nos petits cordes vocales pour chanter des slogans et nos poings levés pour pendre les macronistes.
Allez hasta la vista bitches !

 

 

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *