La descente va s’effectuer sur un quai et dans ta raie

Vous le savez, en tant qu’aventurier et fils du vent, je suis souvent amené à prendre le train. Moi le train c’est mon truc, j’aime bien, c’est relaxant, c’est une petite parenthèse enchantée dans un monde qui pue la merde. Je peux vous dire que si j’avais été un juif en 1940, j’aurais pas rechigné, moi, pour les vacances gratuites dans les pays de l’est. Un coussin dans le coin du wagon à bestiaux, un petit bouquin sympa, le Libé du jour, une plaquette de chocolat chouravée au Super U, et roule ma poule ! En avant l’aventure ! A moi les grandes forêts allemandes ! Bienvenue, les immenses plaines polonaises ! Bonjour, bisons et autres peuplades sauvages ! Quel pied, bordel. Bon alors bien sûr, en ce moment la mode n’est plus vraiment aux pays de l’est, et mes voyages à moi sont plus modestes, on est davantage sur du Figeac, avec changement à Capdenac, sur du Paris Bercy via Neussargues et Clermont Ferrand, forcément ça fait moins rêver, mais bon quand même, c’est pas négligeable. Et vu les conditions souvent exécrables du voyage, avec des bouts de trajet en bus, des retards, des changements inopinés de wagons, le wifi qui ne marche pas encore complètement, on se dit que les gens ils étaient pas si mal lotis, en 1940.  Et au moins c’était gratos (et puis bon comme c’était un aller unique, pas besoin de se faire chier avec la carte Voyageur, putain mais ça fait trois fois que je le perds ce putain de bout de plastique et alors des fois quand tu achètes ton voyage le billet est chargé sur ta carte Voyageur et c’est la galère, pas moyen de l’avoir autrement, alors quand le contrôleur arrive avec son regard mauvais tu dois tout lui expliquer, il recherche sur sa machine, et toi tu commences à suer de la raie en espérant qu’il te retrouve sinon tu vas prendre bien cher, mais je dois dire qu’il n’y jamais eu de problème au bout du compte, je dois mettre ça à leur crédit). Bref.

Tout ça pour dire que je prends pas mal le train, et bon forcément j’ai des yeux pour voir, et des oreilles pour entendre. Et vice-versa. Nan je déconne, pas vice-versa (vous avez vraiment cru que je pouvais voir avec les oreilles ou entendre avec les yeux ? ptdr ce que vous pouvez être cons quand même).

Et bon en tout cas, la SNCF ils te martyrisent dans tous les sens avec leur matériel défectueux et leur politique tarifaire d’enculés, les contrôleurs, nostalgiques des plus grandes heures du nazisme, font des rafles en meute dans les trains, le regard fou, la bave coulant sur leurs babines – leurs putains de babines de fils de putes –  pour faire la chasse aux pauvres et la vente ambulante essaye de te racketter en vendant des immonderies à un prix défiant toute raison, et bon pour tenter de te faire oublier ça, ils sont vraiment hyper impliqués dans ton bien-être ; c’est un peu comme en 1940 quand le gardien de camp te proposait tout à coup une séance jacuzzi et manucure bien-être, je vais te dire, en général ça voulait dire que bientôt tu passerais en  mode savonnette.

Par exemple ils te précisent bien, je cite, que « la descente du train doit s’effectuer sur un quai, et à l’arrêt ».
Aaaaaaah bon ? Putain mais fallait le dire plus tôt, moi ça fait des années que je me fais chier, je croyais qu’il fallait sauter du train en marche en fait, et du coup c’était pas mal la galère, déjà pour ouvrir la porte du wagon, pas évident, et puis il faut bien choisir son moment, faut pas se gourer, en général dans un virage c’est pas mal  parce que le train il décélère, en plus quand tu as deux valises c’est vraiment hyper chiant, c’est vraiment un coup à se fouler une cheville cette histoire, combien de fois j’ai bouffé du ballast en effectuant un saut moyen, pas vraiment maîtrisé, genre réception aléatoire sur le mauvais pied avec une valise mal équilibrée, ça c’est chaud l’équilibre de la valise, il faut vraiment anticiper à la maison et bien répartir ses caleçons, un sous-vêtement de plus à droite et paf c’est 15 grammes supplémentaires qui, à l’instant fatidique, te déséquilibreront, comme on dit en Bretagne (la presqu’île de Quiberon, lol xD xptdr),  le plus dur évidemment c’est pour les vieux, avec leurs os poreux et leur maladie de Parkinson, combien j’en ai envoyé au casse-pipe en voulant les aider, en leur disant « Oui c’est ici qu’il va falloir descendre madame, dès qu’il y a un virage ça va être à vous, je vous lancerai votre bagage, ne vous inquiétez pas » et en fait vu la réception tu te dis que la fracture du col de l’utérus ça va être pour sa gueule à la petite vieille, et bon je dois avouer qu’il m’est arrivé de garder les bagages du coup parce que vu comme elle s’est ratatinée sur la voie la mémère tu te dis que ça servira plus, et donc j’ai une belle collection d’eau de Cologne et de mots mêlés à la maison, c’est un peu relou parce que je suis pas hyper fan de mots mêlés.Peut-être qu’il faudrait que je les mette dans une boite à livre, histoire que ça serve à quelqu’un.
En revanche je me demande comment me débarrasser de l’eau de Cologne parce que je peux pas la foutre dans une boite à livre, c’est pas non plu la foire à la saucisse, et moi s’il y a un truc qui m’énerve c’est les gens qui prennent les boites à livre pour des recycleries, la dernière fois j’ai trouvé des putains de VHS Disney dans la boite à livre et ça m’a vraiment gonflé, y a déjà pas assez de place pour les bouquins c’est pas le moment d’encombrer avec des trucs qui ne sont pas des bouquins, pareil une fois j’ai trouvé des sacs de congélation neufs, mais putain c’est quoi ton problème ? Y a pas marqué Véronique Courjault sur ma gueule je m’en branle de tes sacs de congélation file-moi plutôt une Pléiade bordel hé ben comme par hasard ça on n’en trouve jamais. Enfin c’est pas le moment de s’énerver. Reste focus Herbert pense à ton psychiatre.

D’ailleurs si on regarde attentivement au bord des voies, on se rend compte que les lignes de chemin de fer c’est un vrai charnier, avec les restes blanchissants des voyageurs infortunés qui ont tenté, et ils sont plus nombreux qu’on ne le pense, de descendre du train pas sur un quai et en marche, sinistre cimetière ferroviaire fossoyeur d’illusions perdues ; aux alentours de Nevers dans la morne plaine par exemple je vous dis pas le merdier géant que c’est, avec ces ossements grisonnants sous l’insipide ciel gris de printemps, que perce tant bien que mal par brefs moments un soleil hectique, frissonnant, émacié, pour tout dire dépressif à la vue d’un spectacle aussi désolant (cela dit, il y a dans le tas pas mal de gens qui se sont tout simplement suicidés par désespoir parce qu’il faut avouer que c’est vraiment un beau pays de merde, les environs de Nevers, suintant de platitude et d’ennui, il faut faire quelques chose pour ces gens-là, un Europa City, un parking géant, je sais pas, ou alors une euthanasie prise en charge par la Sécu, en tout cas il faut agir vite ça ne peut plus durer cette histoire).

Et l’odeur, l’odeur, les amis ! Alors parfois ce sont tout simplement les toilettes qui dégueulent, mais souvent ce sont les corps pourrissant le long des voies, décomposés, le ventre éclaté par gonflement, les intestins dégueulant d’excréments liquides d’où émergent des putains de mouche à merde, le pire ce sont les enfants, dont la petite bouille, pointée vers vous, semble dire « Viens jouer avec moi » mais ce n’est que la mort qui parle, fétide et pestilentielle comme un discours macroniste, la mort qui veut vous emmener jouer en enfer POUR TOUJOURS, en une danse macabre effrénée et totalitaire.

Bernt Notke (1440-1509), Totentanz.

Je vous le dis en vérité les amis, c’est chaud cette histoire.

Alors bon, au début je me moquais un peu de ces messages de la SNCF, mais au bout du compte je me dis que c’est peut-être pas plus mal, si ça peut permettre de sauver des vies, et finalement peut-être QU’ENSEMBLE TOUT DEVIENT POSSIBLE ?

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *