Macron vous brise les couilles ? Brisez le confinement (tuto)

Bonjour à toutes et à tous !

Vous en avez marre d’être pris en otage par le ramassis de fils de putes qui nous tiennent lieu de gouvernement ? Vous voulez braver le confinement débile qui nous est imposé suite à la baltringuerie de ceux qui nous gouvernent, incapables de commander des masques et des tests en quantité suffisante pour lutter contre le Covid ? Vous voulez retrouver votre âme de pirate et, tel un cheval sauvage, galoper sur les eaux tumultueuses, sans vous soucier de la présence des supplétifs fascistes que l’on nomme « forces de l’ordre » ? Comme vous avez raison.
Vous frappez en tout cas à la bonne porte. La rédaction de Blogorrhée vous propose un tuto testé sur le terrain pour mystifier notre bon gouvernement et partir où bon vous semble. Vous allez voir, c’est super simple. Suivez-nous !

Alors tout d’abord construisons une situation théorique : imaginons que vous habitiez dans une petite ville de province du nom d’Aurillac, et que vous désiriez en sortir pour aller vous ressourcer quelques jours dans une petite cabane que vous avez dans la montagne. Hélas, les gendarmes veillent et bloquent la ville ! Quelle déception. La première option qui s’offre à vous est bien sûr de tuner votre Clio modèle 1993 pour la transformer en voiture-bélier et briser férocement les barrages qui tenteront d’interrompre votre folle épopée. Ce sera l’objet d’un autre tuto ; aujourd’hui, nous allons plutôt la jouer en mode Splinter Cell : discrétion, désinformation, falsification. Vous êtes prêts ? C’est parti !

Alors premièrement, de quoi avez-vous besoin ? Presque rien.
a/ un ordinateur (un smartphone peut suffire, même si c’est moins pratique)
b/ une connexion internet
c/ un VPN (Virtual Private Network) pour masquer vos traces (facultatif, sauf si vous voulez ensuite consulter de la pédopornographie en douce, mais ça ce sera l’objet d’un autre tuto, ne soyez pas si impatients ! Aujourd’hui nous restons dans le cadre de la légalité en ce qui concerne les sites visités, donc un VPN n’est pas indispensable)
d/ une imprimante (pas indispensable mais conseillée)
e/ des grosses couilles à poser sur la table, ou bien, dans une optique de renversement du patriarcat, une grosse chatte velue, ça marche aussi.
f/ un bandeau de ninja (pour le style)

Maintenant passons à la réalisation.
Ce qu’il vous faut, premièrement, c’est un alibi, un truc solide qui vous permettra de passer les contrôles, s’il y en a. Vous allez donc dire que vous rejoignez votre ex-compagne, qui habite dans un petit village en montagne (pas loin de votre cabane, mais ça évidemment vous ne le dites pas, sauf si vous êtes stupide). Vous la rejoignez pour garder vos deux enfants, parce que votre femme doit aller à Limoges (pourquoi Limoges ? Vous comprendrez plus tard) s’occuper de sa mère qui, faisant du diabète (et donc, personne à risque face au Covid, malin, il faut jouer sur le peu d’humanité dont sera doté le/la flic), doit aller faire des consultations à l’hôpital. Vous cochez donc la case « besoin familial impérieux » sur l’attestation bidon mise à disposition par les fascistes.
Le pandore, soupçonneux, risque de vous demander une preuve. Heureusement, grâce à Blogorrhée, vous avez votre alibi. En effet, vous aurez imprimé un faux mail de votre prétendue compagne qui résume la situation et confirme votre venue. Malin, non ?
Vous commencez donc par créer une fausse adresse de messagerie, au nom de votre compagne, sur Gmail par exemple, mais ça peut aussi être la Poste ou Caramail, on s’en fout.


Vous appelez votre compagne comme vous voulez, moi je l’ai appelée Élise Claire Brun, comme ça, mais ça peut être Victoria Dolorès de la Casa de la Madre Putana si vous voulez, suivant vos goûts. Petite astuce facultative : n’hésitez pas à activer votre VPN si vous en avez un, pendant tout le processus, cela vous évitera d’être repéré à partir de votre adresse IP, si d’aventure une procédure pénale était lancée contre vous. Choisissez un serveur en Amérique du sud pour être tranquille.

Votre fausse adresse mail est créée ? Bravo. Vous êtes un-e pirate, un-e vrai-e.
Reste maintenant à monter la plus grosse opération d’intox depuis le D-Day : de faux échanges entre votre vraie adresse mail et celle de votre compagne. En vrai, ce qui compte, c’est le dernier message que vous imprimerez, les autres on s’en fout– vous pouvez donc vous amuser, comme Blogorrhée l’a fait, à glisser quelques phrases marrantes (cf. photo. Clic droit et « Afficher l’image pour l’avoir en grand). L’intox, ça doit rester un moment de plaisir, sinon c’est fastidieux, donc n’hésitez pas.


Dans le dernier message envoyé par votre compagne, vous résumez la situation, et vous essayez de faire vivre la conversation, il faut que ce soit un minimum crédible ; pas besoin d’être Chateaubriand, des banalités phatiques suffisent largement, saupoudrées d’instruction sur la conduite à tenir avec les enfants, par exemple (en évitant une phrase du type « et cette fois-ci, évite de sodomiser trop violemment Théo, il n’a pas pas pu marcher pendant trois jours, et le prof de sport n’a pas voulu lui faire de dispense, » qui, certes, est rigolote, mais risque de vous envoyer en prison pour 30 ans, et ce serait dommage puisque le but est de ne plus être confiné. Soyez un peu logiques, putain).
Ah oui, nous avions oublié de parler de vos enfants : ils s’appellent Théo et Nina, ils ont respectivement 6 et 8 ans, « et ce sont d’adorables petits monstres, hein monsieur l’agent » (clin d’œil adressé au gendarme pour créer un peu de complicité, c’est hyper important ; le flic ne doit vous plus vous considérer comme un ennemi, un futur numéro d’écrou, mais comme un humain, un père qui, comme lui, partage les joies et les peines de la vie).
Quand à votre ex-compagne, elle est paysagiste diplômée d’état, comme le prouve la signature automatique que vous créez, avec un lien vers un vrai site d’agence de paysage – crédibilité +10.

Imprimez ce dernier message (vous pouvez aussi le garder sur votre téléphone, mais il vaut mieux refuser l’accès de ses équipements aux forces de l’ordre, donc une impression est préférable). Certains vont nous dire « Oui mais gna gna gna les impressions ça coûte cher ». Dans un prochain tuto nous vous expliquerons comment voler des cartouches d’encre à la FNAC, ne soyez pas impatient.

Vous êtes presque prêt. Reste à peaufiner votre préparation, pour être crédible jusqu’au bout si un interrogatoire poussé vous est imposé. Allez donc sur Google Map, activez le mode Street View, et baladez-vous dans le village dans lequel habite votre ex-compagne : si le gendarme vous demande de décrire le village et la maison où elle habite, vous ne serez pas pris en défaut. Là par exemple, vous vous trouvez dans la petite localité du Falgoux, et votre ex-compagne habite dans la maison en face de l’Hôtel des voyageurs.

 

Facultatif : vous pouvez demander à une connaissance de vous servir d’alibi. Assurez-vous tout d’abord que son répondeur n’est pas personnalisé avec son nom ; changez son nom dans vos contacts, mettez à la place celui de votre compagne ; enfin, prévenez votre ami-e de ne pas répondre au téléphone si vous l’appelez, ou si un numéro inconnu l’appelle, durant un certain laps de temps correspondant grossièrement à votre trajet en voiture. Ainsi, si la police tente d’appeler votre compagne, le numéro sera attribué mais ne répondra pas, voua assurant un petit moment pour souffler.

Enfin, pour parfaire votre crédibilité, tapez « deux enfants qui rigolent » dans votre moteur de recherche favori, et prenez en photo avec votre smartphone le cliché qui vous plaît le plus, pour le montrer ensuite, l’œil attendri, au policier qui vous contrôle (humanisation, on vous l’a dit). Si vous sentez que la connivence est vraiment forte avec le flic, vous pouvez même murmurer « et dire qu’elle veut me les prendre, cette garce », ça forge une complicité masculine, si vous y arrivez c’est dans la poche.
Si vous êtes romantique, vous pouvez choisir une photo de Doisneau, le noir et blanc c’est hyper chouette, nul doute que le policier y sera sensible !

 

Voilà, tout est prêt. Imprimez votre faux mail, remplissez soigneusement votre attestation, et montez dans votre voiture.
Vous êtes sur le départ, quelle excitation ! C’est à ce moment-là que vous risquez de commettre des erreurs qui peuvent vous être fatales, alors récapitulez bien votre histoire, répétez le nom de vos enfants, il ne faudra pas hésiter au moment fatidique, respirez, tout va bien se passer.
Un détail : allumez la radio et choisissez la bonne fréquence. Si d’ordinaire, comme c’est le cas à Blogorrhée, vous écoutez France Culture, changez vite de chaine : le policier n’est hélas pas sensible au charme de la Grande Table animée par Olivia Gesbert, au contraire, ça peut même l’énerver, en le renvoyant à ses insuffisances intellectuelles. Mettez plutôt Nostalgie, c’est passe-partout, c’est très bien ; si vous avez un CD d’un chanteur de droite un peu raciste, comme Michel Sardou, c’est idéal. La Compagnie Créole peut être un bon passeport aussi – le policier est raciste, mais festif.

L’idée étant quand même d’éviter au maximum les éventuels barrages, vous prendrez soin bien sûr de ne pas vous embarquer sur la route principale – dans le cas présent, la D 922 -, mais d’emprunter les petites routes de contrebandier qui passent dans la montagne. Vous pouvez même en profiter pour prendre un petit selfie en mode Ninja pour narguer notre « Président » !

 

Si tout se passe bien, dans une petite heure, vous serez dans la montagne, à votre cabane, en train de faire cuire des merguez au feu de bois à la santé du gouvernement. Le matin en vous réveillant vous aurez droit au concerto des oiseaux tandis que soleil se lèvera sur la montagne. C’est unique, ça n’a pas de prix.

 

Dans le pire des cas, vous serez enfermé en prison à Aurillac – heureusement, une petite recherche préalable aura porté à votre connaissance le fait que la densité carcérale de la maison d’arrêt d’Aurillac est de seulement 68 pourcents, vous devriez donc avoir un lit pour vous tout seul ; peut-être, échapperez-vous à la tournante dans les douches. Et vous ferez des économies puisque, nourri-logé, vous n’aurez pas un centime à débourser ! Donc quoi qu’il arrive, avec notre petit tuto, vous êtes gagnant à 100%.

 

Les lecteurs et les lectrices attentifs me feront remarquer que, tout à l’heure, nous avions dit qu’il fallait préciser que votre ex-compagne se rendait à Limoges, et que nous vous expliquerions plus tard pourquoi c’était important. Bien sûr, c’était une blague, vous pouvez donner n’importe quelle ville de merde, Béziers ça marche aussi, vous faites comme vous voulez, prenez un peu d’initiatives bon sang.

Voilà, ce tuto est terminé, nous espérons qu’il vous a plu. N’hésitez pas à partager en commentaires vos meilleurs astuces pour échapper au confinement !
Nous nous retrouvons bientôt dans un nouveau tuto intitulé « Comment mettre à terre le macronisme », vous verrez, c’est plus simple qu’on ne le pense !

Et surtout n’oubliez pas ces gestes simples pour lutter contre la crise actuelle : sortez de chez vous sous n’importe quel prétexte, égayez-vous, explorez la ville, faites des courses, partez à la campagne, en respectant bien sûr les gestes barrières et la distanciation sociale. Il est indispensable de sortir pour faire le plein de vitamine D et pour ne pas déprimer, et surtout pour revendiquer l’inaliénabilité de notre liberté de mouvements. Non à la contrainte sur les corps ! Non au fascisme ! Hasta la vista siempre les putas !

 

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *