Trottinettes mais putain je vais vous trottiner sur la tête

Parfois, à la rédaction de Blogorrhée, on tente de positiver. Malgré l’urgence écologique, malgré le réchauffement climatique, malgré ces milliers d’espèce qui disparaissent pendant que les macronistes, eux, pullulent, malgré les assauts constants du capitalisme ultra-libéral contre nos droits les plus élémentaires, malgré notre envie de se taper la tête contre le tapis roulant de la caisse du supermarché quand on voit les saloperies que les gens achètent, enfin bref, malgré la merde ambiante qui nous entoure et à laquelle on participe un peu, hein, faut pas se leurrer on n’est pas là pour donner des leçons de vie, bon ben des fois on essaye de positiver. On se retrouve en salle de détente, au 2ème étage, et on trouve des raisons de voir la vie, si ce n’est en rose, du moins en beige clair. On s’étreint mutuellement, on se murmure des paroles fleuries, caressantes comme le vent du printemps charriant avec lui les fragrances délicates des petits crocus qui montrent leur petite bouille, adorable et sensuelle, on se dit quand même qu’il y a des raisons d’espérer, qu’il y a des initiatives un peu partout, que la résistance s’organise, que l’intelligence collective reprendra le dessus.


Et puis y a toujours quelqu’un pour dire « Quand même, avec les nouvelles technologies, les smartphones, on peut vraiment développer des choses intéressantes, on peut s’organiser collectivement, on peut apprendre à partager, à mutualiser, il y a plein d’initiatives positives ! Regardez par exemple ces trottinettes en libre service à Paris, c’est hyper pratique, c’est hyper écolo, c’est hyper hype, moi sérieusement je trouve ça super ! ». Bon bah lui il est viré.
Déjà, rien ne pourra compenser la pollution induite par les smartphones lors de leur fabrication mais également lors de l’usage, avec tous ces putains de datas center qui tournent en continu pour qu’on puisse voir nos notifications Facebook et regarder des vidéos sur Youtube, donc c’est pas parce qu’on a une application pour récupérer les invendus dans une boulangerie qu’on va changer quoi que ce soit, parce que je parie mille balles que l’énergie dépensée par l’appli pour nous mettre en relation va dépasser les bénéfices du non gaspillage.
Donc déjà on est sceptiques à la rédaction. Et puis les trottinettes quoi… mais putain de merde ces connasses de trottinettes c’est comme les macronistes elles méritent la mort, tu peux pas marcher sur le trottoir sans te faire emmerder par ces saloperies garées n’importe comment et j’aimerais bien savoir combien ces sociétés payent à la mairie de Paris pour l’occupation du trottoir mais ça doit pas être beaucoup et je suppose que comme toutes ces putes de sociétés elles payent pas leurs impôts en France donc allez mourir, et après mais putain les gars allez vous faire enculer vous pouvez pas utiliser les kilocalories que vous avez en trop en dépensant votre énergie plutôt que de vous faire trimballer par des saloperies bourrées d’électroniques ?
Nan mais vous quand le système se sera effondré et qu’on sera en mode survie obligés de courir pour ne pas se faire violer par des zombies modifiés génétiquement, avides de fourrer leurs énormes sexes turgescents dans nos trous de balle, vous ferez comment ? Vous appellerez un Uber ? « Attends mec j’essaye de trouver une trottinette électrique ah tiens y en a une là ah merde elle est déchargée NON PAS MON TROU DE BALLE PITIÉ AAAAARGH ». J’espère que vous crèverez d’hémorragies internes ET externes bande de fils de putes.

Alors bon déjà, vous l’aurez remarqué, chez Blogorrhée on était un peu dubitatifs concernant les trottinettes électriques. Et puis aujourd’hui, lors de notre revue de presse – eh oui, tous les matins en conférence de rédaction on se fait une revue de presse assez vénère, histoire de trouver les sujets et les top tendances sur lesquelles on va rebondir, comme des petits kangourous sbouing sbouing – eh ben on est tombés sur un article du Monde qui parle de ces gens, auto-entrepreneurs et donc précaires, qui font le tour de Paris en camionnette pour récupérer les engins, les amener chez eux et les faire recharger. Donc là si on n’était pas déjà convaincus de l’absurdité du système, on est servis…
Conclusion : foutez-moi ces putains de trottinettes dans la Seine ça nourrira les poissons. En attendant allez vous faire mettre.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *